Présentation

  • : CARCHADORIAS
  • CARCHADORIAS
  • : Humour Photos Nature Sciences Fossiles Loisirs
  • : Ce site est celui d'un passionné de toutes ces choses diverses qui peuvent faire le piment d'une vie : entre autres, la musique, les livres, les fossiles, les sciences, le roman ou film à suspense, la photo, l'aviation, bref tout ce qui est de la nature irrationnelle des hobbies, qui n'ont en commun avec la "culture générale" que le fait d'être partagés par d'autres illuminés, autant que d'être rigoureusement inutiles dans la vie de tous les jours.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • : 31/12/2008

Recherche

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Derniers Commentaires

Profil

  • carchadorias
  • CARCHADORIAS
  • Homme
  • 28/12/1958
  • Humour Photos Fossiles Trilobites Carcharias
  • Passionné de fossiles, de musique, de livres, de photos, de sciences, d'aviation. Mais ce n'est dans un ordre, ni chronologique, ni de préférences. Allez y trouver une logique ! Moi-même, j'ai renoncé depuis belle lurette...

Les écarts de carchadorias

Pensée du jour

Argent gagné facilement

Mercredi 8 avril 2009 3 08 /04 /Avr /2009 07:25

 

 

L’existence de très grands requins est connues depuis l’Antiquité grecque et romaine, et des références à ces animaux dans la Méditerranée peuvent être trouvées dans les écritures d’auteurs classiques tels que Aristote.

 

Toutefois, les grands requins sont manifestement absents des bestiaires médiévaux qui décrivirent la faune telle qu’elle était connue à cette époque.  L’explication de cette intéressante omission est simple : les hommes du Moyen Age ne les rencontraient pas parce qu’ils pêchaient principalement dans les rivières et près des côtes. Ils ne s’aventuraient pas dans les océans en vue d’attraper du poisson, de même qu’à l’inverse, les grands squales européens ne remontaient pas les rivières et ne s'aventuraient pas dans les eaux peu profondes.

 

Ce seront donc les Anglais et les Espagnols qui rencontreront pour la première fois de grands requins sous les tropiques américaines. Les deux groupes utilisèrent des noms amérindiens pour les désigner : les Espagnols empruntèrent le mot « tiburon » des indiens des Caraibes, tandis que plus tard, les Anglais s’inspirèrent du mot xoc des Mayas, ce qui donna finalement naissance au terme « shark ».

 

Si l’existence des grands requins était inconnue des Européens de la Renaissance, dès le début des grands voyages d’exploration vers le Nouveau Monde, tant les Espagnols que les Anglais se trouvèrent confrontés au fait qu’ils  ne possédaient dans leur vocabulaire que des noms pour désigner les petits squales. Ainsi le terme espagnol de « cazon » ne désignait que des requins de tailles réduites. Lorsque les premiers explorateurs rencontrèrent les grands, voraces et agressifs requins qui peuplaient les tropiques américaines, ils empruntèrent rapidement le terme « tiburon », qui devint d’usage courant dès le début du seizième siècle.

 

A cette même époque, un aventurier italien du nom de Pigafeta accompagnait l’expédition espagnole qui effectua la première navigation complète autour du monde. Quoiqu’il rédigea le compte rendu de son voyage en langue française, il fit usage du terme espagnol, mais ce fut toutefois à ce moment qu’apparut le mot « requin », qui est considéré comme dérivant de « requiem », quoique cette question reste controversée.

 

Une explication ancienne et haute en couleur voudrait en effet que le terme provienne du Latin « requies » ou repos, le premier mot de la Messe des Morts dans la liturgie catholique. Le requin aurait été appelé de la sorte, sur base du raisonnement selon lequel « quand il a saisi un homme… il ne reste plus qu’à chanter le Requiem pour le repos de son âme ».

 

Toujours est-il que le terme de « requiem » fut importé du Français dans la langue anglaise pour désigner le nom du Grand Requin Blanc.

 

Nous avons vu que les Anglais suivirent de près les Espagnols dans l’exploration du Nouveau Monde. A l’instar de leurs prédécesseurs, ils n’étaient pas familiers des grands requins rencontrés dans les tropiques américaines. Lorsqu’ils en firent l’expérience pour la première fois, ils imitèrent les Espagnols, cinquante ans plus tard, en empruntant le terme de « tiburon ». Toutefois, vers le milieu du seizième siècle apparut dans la presse anglaise le mot « sharke », à l’occasion de la capture d’un grand requin par des pêcheurs, au large des falaises de Douvres, et de son exposition itinérante dans la ville de Londres.

 

L’origine étymologique du mot « shark », largement répandu dès la fin du dix-septième siècle reste l’objet de controverses. Cependant, la paternité en reviendrait à un certain Capitaine du nom de Sir John Hawkins, un ancien esclavagiste - ce qui était une profession très respectable dans l’Angleterre du seizième – qui avait pratiqué depuis la Guinée jusqu’au Brésil et les « Indes occidentales ».

 

Ce serait d’une expédition au Mexique qu’il aurait ramené le terme « xooc » de la langue des Mayas, ce qui signifiait « celui dont les Indiens enlèvent les dents pour tirer des flèches ».

 

Un mot qui, au Yucatan, se prononçait « choke ».

 

Les habitants du Mexique de cette époque étaient en tous cas familiers des grands requins, puisque le Codex Fejérvary-mayer d’origine Aztèque comporte une incontestable représentation d’un requin stylisé, montrant une créature élongée à forme de poisson, caractérisée par une bouche hérissée de grandes dents triangulaires, dont il ressort un non moins reconnaissable …

 

Pied humain.

 

 
 

 

Représentation d'un requin selon le Codex Fejérvary-Mayer.  

 

 

Texte en partie traduit et inspiré de l’étude « On the origins of the Spanish word ‘Tiburon’, and the English word ‘shark’ », de José I. Castro, Southeast Fischeries Science Center & Mote Marine Laboratory, Sarasotan U.S.A., November 2001. 

 

 

 

Par carchadorias - Publié dans : DIVERS EN TOUTES SAISONS - Communauté : Les fossiliens
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés